Le dimanche après Noël (ou le 30 décembre si Noël est un dimanche), on célèbre la sainte Famille: Jésus, Marie et Joseph, le modèle de la vie familiale pour les chrétiens.

Si la fête ne s’étendit à l’Église universelle qu’en 1921, c’est qu’elle était tributaire du culte relativement récent (XVe) rendu à saint Joseph. Or, à partir de la vénération envers les saints parents du Christ, on prit conscience aux XVIe et XVIIe siècles de la fonction sociale des familles chrétiennes et de l’œuvre de sanctification qui s’opérait par elles.
En effet, il n’est question de la ‘Sainte Famille’, dans l’Église, que depuis la première moitié du XVIIe siècle. Rien d’étonnant puisque le mot ‘famille’ désignait autrefois, outre les deux parents et leurs enfants, toute la parenté, même les serviteurs. Il fallut que le sens se restreigne au père, à la mère et aux enfants pour permettre la naissance, puis l’essor, de cette dévotion.

Rattachée en 1969 à l’octave de Noël, cette fête a été pourvue de trois séries de lectures, dont les évangiles se réfèrent à la Fuite en Égypte (année A), à la Présentation au Temple (année B) et au Recouvrement de Jésus dans le Temple par Marie et Joseph (année C).

Source : nominis.cef.fr

Image d’accueil : la Sainte famille / Titien
Iconographie : la Sainte famille avec un agneau / Rafaël – 1507 / Musée du Prado.